Vers un accompagnement existentiel de l’entrepreneur

L'accompagnement existentiel de l'entrepreneur
Temps de lecture : 4 minutes

L’accompagnement existentiel offre un cadre pour veiller au maintien des bonnes relations entre l’entrepreneur et son entreprise tout au long de l’aventure entrepreneuriale et améliore le vécu de l’expérience managériale.

Cet article fait partie d’une série de publications parues ou à paraître dans une perspective psychologique existentielle sur l’entrepreneuriat et son accompagnement.

Sans intention discriminatoire, le genre masculin a été adopté afin de faciliter la lecture.

Accompagnement de l’entrepreneur : quel sens ?

Comme évoqué dans un précédent article, la création d’une entreprise est chargée de motifs et d’attentes. Elle se joue à un niveau existentiel, dans la relation dialogique entre un individu et son projet, entre un créateur et sa création (1). Dans la mesure où l’entreprise est un mode de réalisation des objectifs personnels et professionnels de l’entrepreneur (2), le défi de l’accompagnement entrepreneurial réside dans la nécessité d’articuler les besoins de l’organisation avec les besoins de l’individu.

Si s’investir dans la création de sa propre entreprise peut être vu comme un moyen de redonner du sens à sa trajectoire professionnelle, certaines caractéristiques de l’environnement et de l’organisation du travail contribuent à fragiliser l’édifice de sens de l’entrepreneur.

Dans le cas des startups technologiques, si celles-ci peuvent constituer une proposition pour réparer les imperfections de la société, voire pour sauver le monde, elles ne sauraient cependant constituer une offre de sens par elles-mêmes, ni une opportunité pour tout le monde. La création et le développement d’une startup technologique, comme d’autres types d’entreprises, implique des choix et des décisions. Ceci notamment sur le plan de son organisation, de son financement et de ses ambitions de croissance (3 ; 4).

Au-delà du storytelling

Les histoires qui se racontent au sujet des entrepreneurs renvoient à un imaginaire héroïque, dont l’échec fait pourtant partie (5). Ainsi, derrière le rideau, les difficultés rencontrées, notamment sur le plan psychologique, témoignent d’une réalité autrement plus dure que celle décrite par certains médias abusés par le storytelling entrepreneurial (5 ; 6 ; 7). D’ailleurs, certains entrepreneurs gagneraient à privilégier des modes de gestion et de croissance davantage respectueux de leurs besoins et de leurs attentes.

Sauf exception, et à moins d’avoir opté délibérément pour une forme d’entrepreneuriat davantage centrée sur leur qualité de vie, telle que l’entrepreneuriat lifestyle (4), les entrepreneurs technologiques semblent avoir la vie dure. Ainsi, selon la littérature, les créateurs d’entreprise ont besoin de solides ressources psychologiques pour affronter les exigences de l’expérience entrepreneuriale (8).

Dans ce contexte, l’accompagnement entrepreneurial dépasse le cadre strict d’un accompagnement technique et nécessite la prise en compte de multiples aspects psychologiques. Partant, il s’apparente davantage à une relation d’aide proche du conseil en orientation ou du counseling anglo-saxon (6).

Vers un accompagnement existentiel

L’accompagnement entrepreneurial présente une puissante dimension existentielle (9). A ce titre, ancrer et diffuser l’accompagnement psychologique existentiel (10) dans le champ de l’accompagnement entrepreneurial pourrait correspondre au besoin de changer quelque peu la perspective de ce dernier (lire par exemple un article de Christophe Schmitt (11) sur le sujet).

Cet accompagnement spécifique gagnerait en effet à focaliser davantage sur l’entrepreneur lui-même en lui offrant le cadre nécessaire pour penser son projet d’entreprise et son articulation avec ses besoins et ses aspirations. Ceci tout au long des différentes phases de l’aventure entrepreneuriale.

Espace favorisant notamment la prise en compte de la dimension du sens, l’accompagnement entrepreneurial de type existentiel offre l’opportunité de travailler finement sur la relation tissée entre le créateur et sa création.

Enjeux individuels et organisationnels

Dans une perspective existentielle de l’accompagnement entrepreneurial, l’alignement ou le ré-alignement du projet d’entreprise avec le projet d’entrepreneur sur la dimension du sens (sujet déjà introduit dans un précédent article), est au service du succès de l’expérience entrepreneuriale. En facilitant la transition des postures entrepreneur-manager-leader, l’accompagnement existentiel ouvre la voie au développement d’un leadership authentique, et par lui, au succès de l’expérience managériale.

Le lecteur l’aura compris, l’enjeu de l’accompagnement existentiel de l’entrepreneur est de taille. Il ne concerne rien moins que la bonne santé de l’entrepreneur et de l’entreprise ainsi que les satisfactions retirées de l’expérience entrepreneuriale. Du vécu de l’expérience et des satisfactions retirées dépendent la culture organisationnelle ainsi que les formes de management et de gestion des ressources humaines que l’entrepreneur-manager-leader diffusera et inspirera.

Accompagner l’individu, c’est accompagner l’organisation. Et réciproquement.

Stéphane Bonzon

Références

(1) Bruyat, C. (1993). Création d’entreprise : contributions épistémologiques et modélisation (Doctoral dissertation, Université Pierre Mendès-France-Grenoble II).

(2) Fonrouge, C. (2002). L’entrepreneur et son entreprise: une relations dialogique. Revue française de gestion, 28(138), 145-158.

(3) Witmeur, O. (2016). Intégrer de nouvelles approches pour bâtir des start-up plus pérennes. Entreprendre & innover, 1, 108-115.

(4) Gomez-Breysse, M. (2016). L’entrepreneur « lifestyle ». Revue de l’entrepreneuriat, 15(3), 231-256.

(5) Messeghem, K., & Sammut, S. (2010). Accompagnement du créateur : de l’isolement à la recherche de légitimité. Revue de l’Entrepreneuriat, 9(1), 82-107.

(6) Valéau, P. (2006). L’accompagnement des entrepreneurs durant les périodes de doute. Revue de l’Entrepreneuriat, 5(1), 31-57.

(7) Buquet, R., Luca, N., & Bouilloud, J. P. (2017). Malaise dans les start-up. Entre désir héroïque et anxiété créatrice. Nouvelle revue de psychosociologie, 2, 93-111.

(8) Sherman, C. L., Randall, C., & Kauanui, S. K. (2016). Are you happy yet ? Entrepreneurs’ subjective well-being. Journal of management, spirituality & religion, 13(1), 7-23.

(9) Brasseur, M. (2012). L’entrepreneuriat des seniors comme quête existentielle. Revue française de gestion, 8, 81-94.

(10) Bernaud, J.L. (2018). Introduction à la psychologie existentielle. Paris : Dunod.

(11) Schmitt, C. (2014). Du réparateur au facilitateur: changement de regard sur l’accompagnement. Entreprendre Innover, (2), 10-18.

Parler ensemble de votre situation
lors d'un premier entretien ?

N'ATTENDEZ PAS POUR UN PREMIER CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information

Entrez votre adresse Email pour recevoir la lettre d'information de ce site
0 Partages
Stéphane Bonzon

Stéphane Bonzon

Psychologue (Msc) spécialiste en développement de carrière (MAS)

En 2000, j’étais responsable du département création d’une agence web qui a subi les effets de l’explosion de la bulle internet. Quelques errances plus tard, j’ai décidé de devenir psychologue afin de comprendre ce que cette aventure humaine avait eu de particulier. Aujourd’hui psychologue (MSC Université de Lausanne) spécialiste en développement de carrière et RH (MAS Université de Genève), et riche d’un double regard portant à la fois sur les enjeux individuels et organisationnels, j’aide désormais les personnes et les entreprises à se développer en reliant la création de l'oeuvre, la création de sens et la création de valeur.

Laisser un commentaire

*

code